RACISME Martinique : Lettre ouverte de Garcin Malsa au Procureur de la République

RACISME Martinique : Lettre ouverte de Garcin Malsa au Procureur de la République

Martinique : Lettre ouverte de Garcin Malsa au Procureur de la République

 

Vendredi, 05 Février 2010 08:02

Monsieur le Procureur,

Dans le cadre d’un reportage publié dans le numéro 3132 du 20 Janvier 2010 du Magazine Télérama, signé de la journaliste Emmanuelle ANIZON, Monsieur De Gentile, en tant que béké a tenu des propos indignes, racistes et qui participe du mépris historique des descendants de français esclavagiste à l’égard du peuple Martiniquais.

Votre silence reflète, une fois de plus, l’attitude complice de l’Etat français à l’égard de ces descendants d’esclavagistes.
Pouvez vous ignorer, de par votre silence coupable, le fait que cette communauté vive en endogamie, refuse de se mêler à la population de couleur, au point de glorifier une soi-disante supériorité de la race blanche.
Peut-on accepter les propos tenu par ce De Gentile au sujet d’un mariage entre une personne de couleur et une fille béké et qui le justifie par le fait que, et je cite « le marié était très clair » ?

Ces descendants d’esclavagistes pratiquent depuis plus de quatre siècles l’apartheid comme au temps des boers en Afrique du Sud, et s’inscrivent dans une continuité historique liée à la période esclavagiste dans un racisme biologique et sociale vis-à-vis de la population noire martiniquaise.
En tant que Maire de Sainte-Anne, je n’ai pas cessé de dénoncer les comportements mafieux de cette caste qui bafoue les principes et valeurs des droits de l’homme et de la démocratie.

Faut-il le rappeler, la Ville de Sainte-Anne a légitimé ma volonté politique de garder le cap du développement durable et solidaire par la préservation du cadre de vie en faveur de la population Saintannaise et ce, contre les intérêts financiers de l’oligarchie béké.
Comment ne pas dénoncer de tels comportements de la part de békés qui s’enorgueillissent de financer les candidats de l’opposition à Sainte-Anne en prétextant le fait qu’un « béké…..ne peut intervenir directement dans le jeu politique ».
Accepter de tels propos, c’est se rendre complice de comportements discriminatoires et par conséquent racistes de cette caste.
Aussi, Monsieur le Procureur, en tant que représentant de la justice française, vous devez poursuivre Mr De Gentile pour ses propos discriminatoires et racistes à l’égard des Martiniquais.

C’est cette même caste béké qui hait la démocratie, la liberté individuelle, le pluralisme.
C’est cette même caste qui pratique la désinformation, la perversion de l’histoire de notre pays, la manipulation des consciences par l’argent
C’est cette même caste qui s’érige contre l’édification d’une société ouverte que décrit Karl POPPER
Je vous rappelle que vous avez pris la décision d’établir une enquête préliminaire suite aux propos tenus par le Conseiller régional, Claude CAYOL.
Nous en prenons acte et je demande à la justice française de procéder à l’instruction de cette affaire dans la transparence et l’équité.

De même, l’exigence d’impartialité et de neutralité implique de votre part à rendre compte au peuple Martiniquais des poursuites de l’instruction concernant l’affaire Hugues-Despointes s’agissant des propos tenus par ce béké faisant l’apologie de l’esclavage des Nègres, lors du reportage diffusé sur Canal Plus, en Mars 2009

Monsieur le Procureur, je vous invite donc, au nom des principes universels des droits de l’homme liés à la Déclaration Universelle des droits de l’Homme adopté par l’ONU, à poursuivre Mr De Gentile pour propos discriminatoires et racistes relatés dans l’article du magazine Télérama.
 
Sainte-Anne, Martinique Caraïbe Amérique, le 04 Février 2010

Garcin Malsa

 

a lire également

Médias- Tyra - I wanna be white

Société- 65 year old Ruby Williams beaten by racists in Florida

Temoignages- A propos de ''l'institut Victor HUGO''

Culture- QUAND LE CINEMA FRANCAIS BLANCHIT ALEXANDRE DUMAS

export_articles