Thierry Henry dans la peau d'un remplaçant ?

 Thierry Henry dans la peau d'un remplaçant ?

Thierry Henry lors de France-Costa Rica le 26 mai.

AP/Francois Mo

Les séances d'entraînement des Bleus à Sousse confirment ce qui flottait dans l'air depuis le stage de Tignes. Naguère indiscutable aux yeux de Raymond Domenech, Thierry Henry n'est plus assuré de rien aujourd'hui en équipe de France et se trouve pour le moment devancé par Nicolas Anelka, son principal concurrent pour occuper la place d'avant-centre lors du Mondial 2010.

Dimanche, les Bleus affrontent la Tunisie pour leur deuxième match de préparation avant la Coupe du monde, et, pour le moment, le Barcelonais porte le chasuble des remplaçants. Déjà, la rencontre amicale contre le Costa Rica (2-1) et la titularisation de l'attaquant de Chelsea avaient donné une indication sur les intentions du sélectionneur. Même si Anelka n'a pas particulièrement brillé à Lens, le technicien français semble vouloir poursuivre sur la même voie face à la Tunisie.

UNE SAISON PASSABLE AVEC BARCELONE

Un tel choix confirmerait que Thierry Henry, meilleur buteur de l'histoire des Bleus (119 sélections, 51 buts), n'est plus qu'un simple remplaçant aux yeux de Domenech. La décision de confier, mercredi, le brassard de capitaine à Patrice Evra est également un geste fort.

Certes, il reste encore deux semaines avant les grands débuts de l'équipe de France au Mondial, le 11 juin contre l'Uruguay, avec deux matches amicaux (contre la Tunisie, puis face à la Chine, le 4 juin à La Réunion) encore au programme et l'attaquant aura l'occasion d'infléchir la position du sélectionneur ou de semer le doute dans son esprit. Mais une tendance très nette est en train de se dessiner, faisant du seul rescapé de la génération dorée de 1998 une victime de poids.

Domenech a pendant longtemps défendu contre vents et marées Henry, "blacklisté" au FC Barcelone, alors que les critiques se faisaient pressantes surtout après sa calamiteuse sortie face à l'Espagne (0-2), le 3 mars au Stade de France. "J'ai un profond respect pour les grands joueurs, Thierry l'a été, l'est, il ne joue pas mais il est à Barcelone, il joue avec une grosse concurrence, c'est un passage difficile, je le conçois, mais je ne peux pas permettre qu'on parle de 'Titi' de cette façon", déclarait-il ainsi le 11 avril.

RIBÉRY REPLACÉ À GAUCHE

Mais son avis a sensiblement évolué depuis. Le sélectionneur, qui quittera son poste au lendemain du tournoi, ne souhaite visiblement plus faire de cadeaux, pas même à un monument comme Henry, et jugera en fonction de la forme du moment. Et ce critère est assez cruel pour l'ancien Gunner, plus souvent sur le banc ou en tribunes que sur le terrain cette saison avec le Barça. "Il n'y a pas de titulaire indiscutable. Il y a 23 joueurs qui sont là pour faire la Coupe du monde. Chacun a une fonction", a affirmé Domenech mardi.

 

  

Le patron des Bleus a déjà tranché dans le vif avec un changement tactique audacieux (4-3-3), faisant du côté gauche l'axe fort de son onze de départ avec un duo Ribéry-Malouda très prometteur. Henry, qui occupait ce couloir, est prié de s'incliner et de reporter ses ambitions sur le poste d'avant-centre. "Je suis malheureusement habitué à ça à Barcelone, expliquait Henry. Mais peu importe qui joue. Personne n'est au-dessus de l'équipe."

export_articles