Noah, Domenech, et le football en France

Noah, Domenech, et le football en Franceraymonddomenech.1273789689.jpg

 

La musique de Yannick Noah m’indiffère mais il en est une autre qui sonne juste. Sa parole est d’une limpidité qui amène à la réflexion, à l’honnêteté. Aussi quand il est interviewé par “Le Parisien” et qu’il lâche : “Moi, je crois surtout que c’est cette équipe (de France de football) qui n’aime pas le public. On ne peut pas demander aux gens d’aimer une équipe alors que celle-ci ne donne rien, rien. A commencer par son porte-parole, Raymond Domenech, qui est un mec plein de qualités mais qui n’aime pas le public. Quand il parle à une caméra, il n’a envie que d’une chose, c’est de l’envoyer chier ” force est de constater qu’il a raison. Raymond Domenech fait l’inverse de tout vulgaire politicien. Pas élu. Libre. On en vient donc à regretter qu’en dépit de son audace toute relative à feinter TF1 qui annonce la révélation des 23 pour lui en livrer 30, Raymond Domenech se soit juste contenté depuis son intronisation de se construire contre ceux qui le font bouffer sans jamais cracher vraiment le morceaux. Son égoïsme inouï face à à ceux pour qui le football est un aliment intellectuel et commercial est assez jouissif mais nous en restons là (las?).

Le problème, si l’on suit Yannick Noah, est que le peuple en a marre surtout qu’on lui envoie à la figure des positions hautaines sous prétexte de représenter “l’autorité” qui est vécue comme un privilège et non plus comme la marque d’une reconnaissance de compétence. Aussi Yannick Noah a-t-il (encore une fois) raison de rappeler que le désamour qui semble gangrener le moral national entre notre équipe de France et son populo n’est pas le fait uniquement des responsables mais bien du fossé qui s’est creusé entre une réalité et une autre. Celle de ceux qui jouent et celle de ceux qui consomment le football. Yannick Noah : “Comment voulez-vous parler à un mec qui gagne quinze millions d’euros par an ? Il n’en a rien à faire. On a tout multiplié par dix. Un contrat ne vaut rien. Au bout de six mois, tu te barres. Un entraîneur ne vaut rien. Si deux joueurs s’unissent contre lui, ils valent tellement financièrement qu’ils le font sauter. Les seuls clubs où ça marche, c’est quand les entraîneurs gagnent autant que les joueurs. Le môme qui débarque dans une grande ville avec un paquet de millions, tu ne le tiens plus.”

Oui, c’est désolant. Mais les joueurs, même à les considérer comme les meilleurs du monde et les plus sympathiques comme Franck Ribéry ne nous ressemblent pas, plus. Et ne ressemblent pas à Raymond Domenech. Le football fait pousser son herbe hors-sol et l’on a beau aimer ce jeu si simple et si excitant que ses acteurs sont comme déracinés par leur inaccessibilité à tout point de vue. Les joueurs semblent paumés, ailleurs, inintelligibles. Argent, starification abusive, publicité mensongère, interview conciliantes pour ne pas dire plus, les joueurs sont les collabos du système de l’argent qui va à l’argent. Comme le mentionne Michel Platini par ailleurs, il y a tout à craindre des paris “sportifs” comme des casinos pour accentuer encore davantage le regard distant, envieux et mauvais que nous portons parfois sur ces “hommes-images” que nous voudrions envisager comme nos représentants mais qui ne sont que les otages d’une économie qui a perdu le sens commun. Celui des valeurs partagées. Dans la rage à mesurer ce grand écart, l’entraîneur ramasse pour le compte. C’est commode.

La Coupe du Monde arrive. Il est possible que l’on se distraie avec cela le temps du sport, mais en dehors des terrains, rien ne sera résolu sur le plan du respect entre nous et eux tant que nous continueront à faire vivre si grassement ces héros. Si le football est tel qu’il est, c’est bien que nous l’acceptons tel quel. Raymond Domenech n’est pas responsable de ceux qui l’ont nommé, pas plus que de ceux qui le conchient, que de ses joueurs, de leur salaire, de leur bêtise, et encore moins du système dans lequel il se démène. Que demande le peuple? Un sélectionneur élu à 53 % qui se moquera ouvertement des gogos qui lui ont offert le poste?

O.V.

export_articles