Jean-Marc Mormeck n'a pas raté son retour

Jean-Marc Mormeck n'a pas raté son retour

BOXE - Le Guadeloupéen a battu pour son premier combat chez les Lourds l'Américain Vinny Maddalone...

Ce n'était donc pas prématuré. Dans une Halle Carpentier en ébullition (plus de 5.000 personnes toutes acquises à sa cause), Mormeck n'a pas raté le début de sa deuxième vie chez les Lourds. Comme un grand boxeur et contre l'avis de son entourage qui le priait de repousser encore son combat, le Guadeloupéen de Bobigny s'est baladé face à Vinny Maddalone, un beau bébé de 105 kilos (sans doute les pastas de sa Mamma napolitaine) mais un boxeur assez rudimentaire.

Le biceps a tenu

Ce combat de retour, 25 mois après sa défaite chez les Lourds-légers et six semaines seulement après son opération du biceps, aurait pu être un piège pour Mormeck. Il n'en a rien été. En boxeur intelligent, il a su être patient face à la boxe brouillonne de Maddalone. Pendant tout le combat, ses crochets et directs du gauche ont fait mal au bagarreur du Queen's. Et surtout son biceps droit, celui qui l'avait obligé à repousser d'un mois ce combat a tenu les 8 rounds. «Je ne l'ai pas senti. En même temps, je ne m'en suis pas beaucoup servi», a analysé Mormeck qui se donne 4 mois minimum avant d'organiser un autre combat. Il lui faudra monter en puissance car on l'a vu parfois essoufflé. «En Lourds, les coups font mal. Il va falloir que je travaille encore beaucoup, notamment sur la mobilité.» 
 

Mais l'essentiel est pour le moment ailleurs. Premier combat chez les Lourds et première victoire donc (à l'unanimité des 3 juges) pour Mormeck qui doit déjà regarder devant. Car le gars de Seine Saint-Denis n'a toujours pas digéré cette défaite de novembre 2007, lorsque David Haye, aujourd'hui champion du monde des Lourds WBA, l'avait envoyé au tapis et à la retraite à la 7eme reprise. «Quand je pourrai rencontrer David Haye, je le ferai», avait déclaré avant le combat Jean-Marc Mormeck devant une cinquantaine de journalistes. Un rêve fou. Peut-être le sens profond de ce retour à la boxe... En tout cas jeudi soir à la Halle Carpentier, cette phrase a pris un peu plus de sens.
M. Go.

export_articles