En Géorgie, une clôture, séparant les tombeaux des Blancs de ceux des Noirs depuis des décennies, a été retirée.

Le maire de Camilla en Géorgie, Rufus Davis déclare que la ville a cependant du chemin à parcourir pour vaincre la discrimination.

Les habitants de Camilla en Géorgie ont toujours été confrontés au problème de la ségrégation, même après leur mort. Une situation arrivée à son terme au début du mois de janvier 2018, selon ABC News, suite à l’enlèvement d’une clôture séparant les tombeaux des Blancs de ceux des Noirs dans le cimetière communal d’Oakview.

Toutefois, certains, y compris le maire de la ville, n’ont pas apprécié la façon dont la barrière a été retirée : au milieu de la nuit et sans aucune célébration, ni cérémonie.

« Mon souhait était d’allier nos forces, de rassembler la population – Blancs et Noirs – afin de tous participer à une libération, en enlevant ce symbole honteux de la ségrégation et en unifiant la communauté » a affirmé le maire Rufus Davis. « Malheureusement, le district ne nous a pas laissé un délai suffisant. Au final, je suis toutefois content que cette clôture ait été retirée.»

Davis est le premier maire Africain-Américain de la ville. Il a collaboré, depuis sa prise de fonction, avec l’avocat spécialiste des droits civiques Ben Crump afin de lutter contre des « pratiques ségrégationnistes » comme celle de la clôture du cimetière.

« La première fois que j’ai visité le cimetière de Camilla, Mlle Gwen Lilian Thomas, une activiste africaine américaine de 70 ans, a précisé que la clôture était déjà en place à sa naissance, » a déclaré Crump. « Elle avait prié pour être encore en vie au moment où elle serait retirée. Je suis ravi qu’elle ait pu voir la destruction de ce symbole raciste de son vivant.»

Davis promet que la destruction de la clôture n’est qu’un début. Près de 70 % de la communauté de Camilla est noire et Davis souhaite que cela se reflète au sein des administrations. Il espère commencer en employant davantage de Noirs à la mairie et au sein des forces de l’ordre.

Le maire ainsi que le nouveau membre du conseil municipal Venterra Pollard ont également menacé de boycotter les réunions de ce conseil tant que les questions raciales et de discrimination au sein du gouvernement local resteront irrésolues.

« Bien que ce symbole ait disparu, la ségrégation est toujours présente dans notre cimetière et la discrimination est toujours bien vive à Camilla, » a déclaré Davis. « Nous continuerons à aller de l’avant afin de renforcer notre présence au sein de notre gouvernement local, dans la police, parmi les emplois à la mairie, les ouvriers et plus encore.»

Article publié sur le site www.blavity.com
Traduit par Christelle Claman, Roots Editions

export_articles