Une compagnie pharmaceutique force les familles pauvres à tester ses vaccins : 12 bébés morts

Une compagnie pharmaceutique force les familles pauvres à tester ses vaccins : 12 bébés morts

GlaxoSmithKline, la grande compagnie pharmaceutique, a été accusée de faire pression sur des parents pauvres du Tiers Monde pour qu’ils engagent leurs enfants dans des essais expérimentaux de médicaments qui ont entraîné la mort d’au moins 12 enfants.

Cette compagnie teste actuellement un vaccin expérimental contre la pneumonie sur les enfants de moins d’un an en Argentine, en Colombie et au Panama. Selon la Fédération argentine des Professionnels de la Santé (Feprosa), des parents pauvres argentins ont été « obligés et contraints de signer les formulaires d’acceptation. »

Juan Carlos Fesprosa de Palomares a dit : « Dans la plupart des cas, ces gens, forcés d’engager leurs enfants, sont défavorisées, beaucoup d’entre eux ne sachant ni lire ni écrire. »

« Cela se déroule sans aucune sorte de contrôle étatique [et] ne satisfait pas aux exigences éthiques minimums, » a observé la fédération.

Au moins 12 bébés argentin incorporés dans l’étude sont morts au cours de l’année écoulée.

Répondant aux reproches, GlaxoSmithKline a rétorqué que ses stricts protocoles de sécurité sont contrôlés par un comité indépendant, et que personne n’est forcé de participer au programme.

« L’inscription aux tests est sur la base du volontariat et ceux qui participent aux essais sont libres de se retirer à tout moment, » a fait savoir la compagnie.

Mais, selon Julieta Ovejero, la grand-tante de l’un des enfants décédés, « Beaucoup de gens voulant arrêter le protocole n’en sont pas autorisés ; ils sont forcés de continuer, menacés de ne recevoir aucun autre vaccin en cas d’abandon. »

Le test du vaccin a aussi suscité des accusations de corruption : Dans la province argentine de Santiago del Estero, les essais ont été autorisés par le Ministre de la Santé de la province, Juan Carlos Smith, le frère du principal chercheur de l’étude.

Des critiques, comme Ana Maria Marchese, pédiatre à l’hôpital pour enfants de Santiago del Estero, où l’étude est en cours, accusent GlaxoSmithKline d’utiliser les enfants du Tiers Monde comme des cobayes.

« Parce qu’ils ne peuvent pas expérimenter en Europe ou aux États-Unis, ils viennent le faire dans les pays du Tiers Monde, » dit-elle.

Article original en anglais : http://www.naturalnews.com/025032.html

Traduction libre de Pétrus Lombard.

http://www.mondialisation.ca/index.php ?context=va&aid=11367

A LIRE AUSSI:Le cobaye africain

export_articles