Propos de Lurel sur Chavez: "faute majeure" pour l'opposition

Propos de Lurel sur Chavez: "faute majeure" pour l'opposition

Les propos samedi du ministre des Outre-mer Victorin Lurel, dépêché à l'enterrement d'Hugo Chavez choquent la classe politique. Le ministre n'avait pas hésité à comparer le dirigeant vénézuélien à de Gaulle et Léon Blum.

Victorin Lurel, ministre des Outre-mer. (BFMTV)

M.R. avec AFP 

Il est des déclarations maladroites. Celles de Victorin Lurel, représentant la France à l'enterrement d'Hugo Chavez en font partie. Le ministre de l'Outre-mer ainsi déclaré samedi à Caracas que "Chavez, c'est De Gaulle plus Léon Blum", et que "le monde gagnerait à avoir beaucoup de dictateurs comme (lui) puisqu'on prétend que c'est un dictateur". Il n'e fallait pas plus pour déclencher la polémique et s'attirer la foudre des politiques, à droite, comme à gauche.

Ce copinage infréquentable avec des dictateurs

Ainsi, pour Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris, actuelle première adjointe du maire Bertrand Delanoë et interrogée au "Grand Rendez-vous" Europe 1/i-Télé/Le Parisien "c'est un peu rapide, un peu abusif, c'est excessif de le dire comme ça (...) Je pense que tout ça va être corrigé certainement dans la journée, je n'ai pas à le lui demander. Chavez a d'abord tenté la prise du pouvoir par les armes, après il a été élu donc une élection c'est pas un régime de dictature".

Quant à Julien Dray, ancien député PS, vice-président du conseil régional d'Ile-de-France réagissant sur Radio J, "Comparaison n'est pas raison comme on dit. Et peut-être que ces comparaisons peuvent paraître, pour un certain nombre d'entre nous, excessives. Mais je comprends aussi la colère de Victorin Lurel au regard de la manière dont, en France, le débat sur le bilan de Chavez a été traité. On a senti la haine de classe de ceux qui ne savent pas ce que Chavez a fait pour son peuple".

Julien Dray a également regretté que la France n'ait pas envoyé "une personnalité de premier plan à cet enterrement". "Oui ça méritait que le ministre des Affaires étrangères (Laurent Fabius, ndlr) y aille, ça ne voulait pas dire pour autant qu'on avalisait la politique internationale de Hugo Chavez et ce copinage infréquentable avec des dictateurs. Ca voulait dire qu'on saluait aussi ce qui est en train de se passer en Amérique latine".

"Un dictateur acceptable"

Hervé Mariton, député UMP s'est déclaré, sur Radio RCJ, "choqué par ces propos (...) J’ai été ministre de l'Outre-mer, c’est une responsabilité importante de la République mais ça n’autorise pas, que ce soit en France de métropole ou d’outre-mer ou à l’étranger pour représenter le gouvernement, de tenir des propos aussi invraisemblables".

"Je considère qu’on est là, non pas dans une erreur de communication, mais qu’il s’agit d'une faute majeure, d’une faute grave dont il conviendrait que le président de la République, le Premier ministre, s’excusent. (...) J'attends du gouvernement qu’il rappelle que l’exigence de démocratie vaut sur toute la planète et qu’il ne suffit pas qu’un dictateur soit de gauche pour que ce soit un dictateur acceptable".

Laurence Parisot, présidente du Medef a également dénoncé les propos de Victorin Lurel, et s'est indignée sur France 3 : "La déclaration du ministre Victorin Lurel est très choquante. Comment peut-on dire d'un homme qui était un dicateur, un démagogue, qui incarne le populisme dans toute son horreur, puisse avoir les qualités que prétend notre ministre?".

 

export_articles