LETTRE A L'ISOLOIR.

LETTRE A L'ISOLOIR.

LISEZ CE COURRIER FORT INTERESSANT D'UNE INTERNAUTE .

 QU'EN PENSEZ VOUS?

Lettre à l’Isoloir

 

Cher Isoloir, je ne savais pas que tu étais mort. Je ne savais pas que tu avais été supprimé dans les bureaux de vote. Je l’apprends malheureusement incidemment au détour des journaux d’information, des nouvelles comme on dit. J’entends des personnes qui donnent des nouvelles. Qui transmettent des informations ! Vu la façon dont elles se ressemblent elles proviennent toutes de la même source sans aucun doute : le Palais Présidentiel du Conseil Régional. Ces in-formations sont données par des personnes qui ont transformé le métier de journaliste en perchiste, teneur de micros.

 

Alors Isoloir mon Amour sais-tu ce qu’ils font ? Ils font de la fiction électorale ! Ils font même de la chimie électorale ! De la chimie électorale sans penser à t’intégrer comme composante primordiale de la formule électorale. Il y a même un poète-journaliste qui a déjà les résultats des élections régionales. Tu sais comment il fait Isoloir ? Il additionne les voix des maires qui sont présents sur les listes, il fait ce qu’ils appellent en se croyant intelligents : du quotient électoral. Ca veut dire Isoloir, que un maire qui a fait 10 000 voix aux municipales, fera 10 000 voix sur une liste aux régionales. Ca veut dire que nous électeurs on est des brebis et on suit celui qui possède nos voix. L’isoloir, donc toi mon ami, tu ne sers plus à rien. Pas de projets pour la Guadeloupe, pas de programmes : addition de voix à récupérer à l’arrivée.

 

Hé bien Isoloir mon bien aimé, il faut que je te rassure et que je te dise que tu seras le seul dont on ne parle pas mais qui sera le vrai Héros de cette élection. Quand nous électeurs serons avec toi, nous retrouverons toute notre liberté ! Et ce sera la festie féérie, notre carnaval à nous après celui des politiques ! Avec toi nous ferons comprendre à certains maires, députés-maires, « journalistes » que nous ne sommes pas des brebis.

 

Tu sais Isoloir, Aucun ne nous avait donné de consignes de LKP et pourtant nous étions plus de 100 000 guadeloupéens-électeurs dans les rues. Ils sont tellement forts et intelligents qu’ils n’ont pas remarqué que nous étions et que nous sommes libres.

Alors mon tendre amour Isoloir nous électeurs réels et Libres guadeloupéens (pas électeurs de fiction-cuisine électoral), nous te donnons rendez-vous le 14 et le 21 mars. Tu dégusteras avec nous la petite leçon que nous donnerons à tous ceux qui t’ont enterré et t’ont fait passer pour un coin mort.

 

Alors Isoloir mon tendre compagnon de vote je te dis à bientôt en attendant l’arrivée de :

TON JOUR DE GLOIRE !

Anaïs Lancien-Rupaire 15/02/2010

export_articles