GUADELOUPE : Cédric CORNET écorné par ses amis, voire encorné!

GUADELOUPE : Cédric CORNET écorné par ses amis, voire encorné !

Déclaration officielle du Conseil d’Administration du Collectif des « Inkoruptibles concernant la prise de position de Cédric CORNET.
Le 14 mars 2010, lors des élections Régionales, la population guadeloupéenne a porté 6,96% de voix sur la liste « Pou Gwadloup an nou ay », conduite par Cédric CORNET. Conscient de ce score plus qu’honorable et respectueux de ceux qui ont vu dans cette liste un espoir et un renouveau pour la Guadeloupe, le CDI tient à s’exprimer sur les faits qui ont marqué le fonctionnement du mouvement, ces derniers jours.

 

Le choix de Cédric CORNET comme tête de liste s’est imposé de lui-même, car cela faisait presque deux ans que ce dernier oeuvrait dans ce sens. Durant la campagne, l’équipe de Cédric CORNET, n’a eu de cesse, avec très peu de moyen, de faire en sorte que la campagne soit digne des Guadeloupéens (une campagne propre, pédagogique et neutre). C’est propulsé par ceux qui composaient cette liste que Cédric CORNET s’est vu installé à la Région. Rapidement le CDI a pris conscience des manquements de Cédric CORNET. Il est devenu ingérable se dispersant et s’entourant de personnes mal intentionnées.

Il était même à l’origine de la transformation du CDI en une association politique car candidat au poste de Secrétaire Général, étrange pour quelqu’un qui dit, haut et fort aujourd’hui, qu’il entend quitter le CDI sous prétexte que ses colistiers veulent faire du mouvement un parti politique. Il est à préciser que jamais le Collectif Des Inkoruptibles n’a eu cette prétention. Bien au contraire les statuts et la charte de déontologie le stipulent très clairement. Cédric CORNET n’a eu de cesse d’accumuler les bévues et les maladresses, devenant pour tout le groupe un danger et minimisant de plus en plus le rôle de chacun dans une campagne qu’il aurait eu du mal à mettre en place et à assurer sans l’aide de sérieuses compétences, au sein de la liste « Pou Gwadloup an nou ay ». Le collectif s’est rendu compte que le nouveau conseiller régional cultivait un certain culte de la personnalité et que désormais le « nous », tant utilisé lors de la campagne, n’était en fait qu’un « nous » de majesté.

Face à tant de facéties d’un leader, qui n’en avait que le nom, les membres du CDI ont décidé de structurer le mouvement afin de se mettre à l’abri des retombées des niaiseries de Cédric CORNET et, surtout, de mettre en place l’ossature nécessaire pour un travail efficace en aide aux deux élus (Cédric CORNET et Elodie DAVILLE), au sein du Conseil Régional de la Guadeloupe. L’adoption d’une charte de déontologie, dans ces conditions, a semblé primordiale. La signature de cette charte est nécessaire pour quiconque veut faire partie des membres actifs du CDI. Le premier qui le clamait à qui voulait bien l’entendre était Cédric CORNET, lui-même. Lorsque cette charte fût adoptée et que les conditions pour être candidat à une élection ont été établies, monsieur CORNET, voyant que sa candidature pour 2014 serait remise en question, refusa de signer.

Il s’est par conséquent exclu lui-même du CDI. Le CDI entend aller de l’avant en prônant les valeurs de la République et donc de la Démocratie. Une de ces valeurs chères à notre coeur est celle de l’égalité. Peu importe que l’individu soit élu ou pas il doit se plier aux valeurs du Collectif. Cédric CORNET en refusant de signer cette charte a démontré de quel côté il se situe.
 
Gosier, 19 mai 2010
 
C.A. du Collectif des « Inkoruptibles »
 

export_articles