FOOTBALL: RAMA YADE PROVOQUE LA POLEMIQUE. Sincérité ou démagogie?

FOOTBALL: RAMA YADE PROVOQUE LA POLEMIQUE. Sincérité ou démagogie?

Equipe de France : Rama Yade critique l'hôtel sud-africain des Bleus 

Entrée du Pezula Resort Hotel, à Knysna, où sont logés les Bleus.
AFP/FRANCK FIFE
Entrée du Pezula Resort Hotel, à Knysna, où sont logés les Bleus.

Maintenant, allez stop, on est derrière notre équipe, elle en a besoin", a répondu dimanche 6 juin lors du Grand jury RTL/Le Figaro/LCI la ministre de la santé et des sports, Roselyne Bachelot, après la polémique déclenchée par sa secrétaire d'Etat Rama Yade sur luxueux hôtel des Bleus, le Pezula, un complexe cinq étoiles à Knysna. A cinq jours du début du Mondial, "il n'est plus temps de faire des polémiques", a ajouté Roselyne Bachelot. Les Bleus "ont besoin de paix, de solidité et de l'opinion publique autour d'eux", a-t-elle insisté.

A peine avait-ils posé le pied sur le sol sud-africain, samedi, que les joueurs de l'équipe de France ont en effet été cueillis à froid par des critiques de Mme Yade. "Je n'aurais pas choisi cet hôtel. L'Espagne, par exemple, a choisi un campus universitaire", a-t-elle déclaré sur Radio J. "J'attends que l'équipe de France nous éblouisse par ses résultats plutôt que par le clinquant des hôtels. Moi, je les ai appelés à la décence en temps de crise", a-t-elle ajouté.

Une chambre du Pezula Resort Hotel, à Knysna.

 

Joueurs et encadrement séjournent au Pezula, l'un des établissements les plus réputés d'Afrique du Sud à Knysna, dans la province touristique du Cap-Occidental. Sur un domaine d'un millier d'hectares entouré de collines boisées, cet hôtel dispose notamment d'une plage privée et ses clients peuvent y jouir d'une vue sur l'océan et sur le lagon. Le choix de cet hôtel avait déjà fait polémique il y a quelques semaines. "La Fédération française de football a fait un choix. C'est elle qui en est responsable. Ca ne coûte pas un sou au contribuable", a insisté Mme Bachelot.

Le président de la Fédération française de football, Jean-Pierre Escalettes, s'est également montré prudent. "Qu'est-ce que vous voulez que je dise ? Si la secrétaire d'Etat s'exprime, elle s'exprime, je ne suis pas là pour faire des commentaires sur un hôtel que je ne connais pas encore moi-même, ce n'est pas mon rôle", a-t-il déclaré.

  

Interrogé à Knysna sur les déclarations de Rama Yade, Alou Diarra a d'abord fait la moue avant de répliquer : "L'hôtel fait beaucoup de jaloux (...) On est très bien logé, ce n'est un secret pour personne." "La ministre des sports a son point de vue, on veut faire abstraction de tout ça, on ne veut pas lier sport et politique, on est concentré sur notre objectif", a ajouté le milieu de terrain. Yoann Gourcuff a pour sa part souri: "L'hôtel est très bien. Ce n'est pas moi qui ait décidé d'être là mais je suis très content d'être là."

La prime en cas de victoire fait aussi débat

Nathalie Kosciusko-Morizet, elle, a trouvé "pas génial" qu'une prime d'environ 400 000 euros soit promise aux joueurs en cas de victoire au Mondial. "Participer à l'équipe de France, ça devrait être un tel honneur que l'idée d'une incitation financière ne devrait avoir aucun sens", a déclaré sur France 5 la secrétaire d'Etat chargée de la prospective et de l'économie numérique. "C'est la moitié de ce que donnent les Espagnols. Les Français sont dans la fourchette basse", lui a répondu Roselyne Bachelot sur LCI.

export_articles