AFSUD: LES BLEUS BOYCOTTENT RAMA YADE

  AFSUD: LES BLEUS BOYCOTTENT RAMA YADE

Comme nous l'avaient annoncés un joueur avec qui nous sommes en contact dans le groupe France. Les joueurs ont refusé de rencontrer Rama Yade lors de leurs visite dans le township de Dam Se Bos à Knysna . Eric Abidal et ses coéquipiers voulaient faire connaitre leurs mécontements suite aux propos de Rama Yade concernant leurs conditions d'hébergement pendant cette coupe du monde. Récit.

Eric Abidal, dimanche 13 juin au Cap.
Reuters/CHARLES PLATIAU
Eric Abidal, dimanche 13 juin au Cap.

 

Les joueurs de l'équipe de France n'ont, semble-t-il, toujours pas digéré les déclarations de la secrétaire d'Etat aux sports, Rama Yade, qui avait publiquement critiqué l'hôtel des Bleus pour le Mondial, trop luxueux à son goût. Et les Bleus se sont bien gardés de la croiser lors de leur visite de près d'une demi-heure du township de Dam Se Bos à Knysna, quittant les lieux avant l'arrivée de la secrétaire d'Etat.

Accueillis aux sons des vuvuzelas par près de 500 habitants en délire de ce quartier déshérité, non loin de leur hôtel, le Pezula Resort, et par la maire de Knysna Eleanore Bouwspies, les joueurs sont descendus de leur bus et ont effectué quelques mètres à pied jusqu'au terrain dont la Fédération française de football (FFF) va financer la rénovation. Formant une haie d'honneur pour les joueurs français sous une pluie battante, les enfants et adultes ont scandé les noms de Henry, Malouda, Ribéry et Evra, visiblement les plus populaires. Les Bleus, encadrés par quelques policiers et des volontaires, se sont ensuite prêtés au jeu des autographes avant de distribuer des jeux de maillots de l'équipe de France à deux équipes de jeunes du quartier, dans une belle cohue.

"C'est une belle initiative", a déclaré Florent Malouda. "Le plus important, c'est quand on va repartir et ce qui va se passer après. Je remercie la Fédération d'avoir contribué à l'amélioration de leurs installations et d'apporter de l'espoir à la jeunesse. C'est quelque chose qui restera gravé dans nos mémoires et dans les leurs." La FFF s'est engagée à financer la rénovation du terrain du township avec le versement d'une somme initiale de 100 000 euros.

"LE GROUPE N'ÉTAIT PAS CONTENT, ON VOULAIT QU'ELLE LE SACHE"

Avant la visite, Eric Abidal avait expliqué que la présence de Mme Yade ne réjouissait guère ses coéquipiers. "Je sais qu'elle y va, avant ou après nous. Donc qu'elle y soit ou pas, c'est pareil. On n'y va pas dans le but de voir Rama Yade, on va voir des enfants, le maire, un entraîneur, ça va nous permettre de nous enrichir sur la culture du pays", a-t-il expliqué. Devant les journalistes, Abidal était revenu sur les déclarations de Mme Yade, qui voulait que "l'équipe de France nous éblouisse par ses résultats plutôt que par le clinquant des hôtels".

 

 
"On en a déjà parlé entre nous, a-t-il commenté. On a fait remonter des infos jusqu'à Rama Yade. De l'extérieur, il y a des choses qui viennent pourrir le groupe, on essaye d'en faire abstraction". "Le message qu'on a fait remonter disait simplement que le groupe n'était pas content, on voulait qu'elle le sache", a ajouté le défenseur central. "Elle l'a pris en compte, elle est assez intelligente pour ça". Interrogé sur l'équipe du Danemark, qui a visité un township la semaine dernière en compagnie d'autorités politiques de leur pays, Eric Abidal a tenu à souligner que si "les Danois s'entendent peut-être très bien avec leurs autorités, nous ce n'est pas le cas". "Il faut prendre ça en considération", a-t-il ensuite conclu.

"Gagner tous ensemble"

 

Eric Abidal est également revenu sur les choix du sélectionneur lors du match France-Uruguay, en assurant que les joueurs de l'équipe de France ne prenaient pas comme une sanction la non-titularisation de Florent Malouda lors du premier match des Bleus au Mondial, contre l'Uruguay (0-0), alors qu'il avait été titulaire pendant toute la préparation. "On ne le prend pas comme une sanction. Flo n'a pas joué comme titulaire, mais Titi (Henry) n'a pas joué non plus comme titulaire. Ils ont fait les frais des deux systèmes dans lesquels on a joué (le 4-3-3 en préparation, le 4-2-3-1 au Mondial)", a commenté le défenseur central. "Flo a fait une très bonne entrée (à la 75e minute), il faut prendre le positif, la chance d'être là à la Coupe du monde", a précisé Abidal.

Concernant Henry, le défenseur tricolore a expliqué que son coéquipier barcelonais s'était adapté à son nouveau statut de joker de luxe en sélection. "Je ne sais pas s'il accepte facilement ce statut, il a une grosse expérience en équipe de France, il a vécu un passage difficile ces six derniers mois au Barça. C'est un pro jusqu'au bout, il va tout faire pour le groupe, son attitude est basée sur ça", a commenté Abidal. "Il reste concentré et bien avec nous, l'important est de gagner tous ensemble"

export_articles