La chambre d'hôtel prévue pour Rama Yade plus chère que celles des Bleus

 La chambre d'hôtel prévue pour Rama Yade plus chère que celles des Bleus

La secrétaire d'Etat aux Sports, Rama Yade, souffle dans un vuvuzela, entourée de supporteurs

La secrétaire d'Etat aux Sports, Rama Yade, souffle dans un vuvuzela, entourée de supporteurs avant le match France-Uruguay le 11 juin au Cap (© AFP Franck Fife)

L’arroseuse arrosée. Selon les révélations du Canard enchaîné dans son édition à paraître demain mercredi, la chambre d’hôtel retenue pour la secrétaire d’Etat aux Sports, Rama Yade, en Afrique du Sud était plus chère que celles des joueurs de l’équipe de France de football. Bleus qu’elle avait pourtant appelés «à la décence en temps de crise», fustigeant le choix d’un gigantesque ensemble cinq étoiles pour les matchs de poule.

Selon l’hebdomadaire, la benjamine du gouvernement avait prévu de passer deux nuits dans un hôtel cinq étoiles de Georgetown, où une «junior suite» à 667 euros par jour avait été réservée pour elle et cinq autres chambres à 340 euros pour des membres de son cabinet. Après avoir reproché aux Bleus «le clinquant» du Pezula Resort, au bord de l'océan Indien, où la chambre double de chaque joueur coûte 589 euros -, elle a voulu annuler cette réservation... Mais le ministère de la Santé avait déjà payé la facture qui ne pourra pas être remboursée, affirme le journal.

Séjour à 45.000 euros minimum

Toujours d’après Le Canard Enchaîné, Rama Yade a finalement passé deux nuits dans la résidence du consul de France et une troisième nuit dans une chambre d’hôte à 120 euros. L’hebdomadaire chiffre le séjour en Afrique du Sud de la secrétaire d’Etat à 45.000 euros minimum, dont 37.000 euros en billets d’avion en classe affaire sur Air France pour elle et ses collaborateurs.

Dans un communiqué en forme de mise au point, Yade confirme avoir «dormi deux nuits à la résidence de France au Cap et une nuit dans une chambre d’hôte à Knysna, dont le coût s’est élevé à 120 euros». Et se défend d’avoir séjourné «dans l’hôtel mentionné par le Canard enchaîné». «Une pré-réservation de précaution avait été faite par l’ambassade au début du mois de mai, compte tenu des travaux engagés à la résidence de France et des contraintes hôtelières liées aux réservations durant la Coupe du monde», est-il expliqué dans le communiqué.

Yade promet avoir privilégié «le choix de descendre à la Résidence, au Cap, comme à Johannesburg lors de son prochain déplacement en Afrique du Sud» et avoir demandé l’annulation de ces réservations.

«Constructions imaginaires du Canard»

Selon sa version, elle n’était accompagnée que «de trois membres de son cabinet et de son officier de sécurité». Et de détailler les cinq vols de son séjour: Paris-Londres en classe économique, Londres-Le Cap en classe affaires, Le Cap-Georgetown en classe économique, Georgetown-Johannesbourg en classe économique, Johannesbourg-Paris en classe affaires. «On est donc loin des constructions imaginaires présentées par le Canard enchaîné», conclut le texte du secrétariat d’Etat aux Sports.

De quoi faire vaciller la cote de popularité de la jeune valeur montante de la droite qui semblait avoir bénéficié de l’épisode «Hôtel des Bleus»: dans un sondage Ifop pour Paris Match à paraître jeudi, elle se classait derrière Jacques Chirac, en tête du palmarès mensuel de popularité des personnalités politiques.

(Source AFP)

export_articles