SPIDERMAN PEUT-IL ÊTRE NOIR ?

Dans Newsweek : "Spiderman peut-il être noir ?"

Donald Glover (Sipa)

Donald Glover (Sipa)

Quand on s’y met tous, chacun sur son clavier et sa souris, on peut faire changer les choses. Ce fut l’idée-force des élections de 2008, et c’est en passe de devenir aujourd’hui l’idée-force de la culture pop, à l’heure où les campagnes sur Internet sont capables de couronner les stars de demain, de ressusciter des séries télé, et de rendre à nouveau d’actualité ce qui était passé de mode (Betty White, par exemple). Donald Glover est le dernier bénéficiaire en date de cette conscience collective version numérique.

 La star afro-américaine de "Community", et ex-scénariste pour "30 Rock" s’est retrouvée, par la vertu de quelques discussions dans un blog, choisie par le peuple pour reprendre le rôle de Peter Parker dans le prochain Spiderman, réalisé par Marc Webb, déjà responsable de "(500) Days of Summer". Glover a répondu à la vox populi, qui s’est étendue jusqu’à devenir un sujet bouillant sur Twitter, en lançant sa propre campagne sur Facebook, où il déclare adorer le personnage, évoque son vif intérêt, mais ajoute qu’il préférerait passer une audition plutôt que de se voir confier directement le rôle.

Le fait que Glover insiste pour passer par les canaux habituels pour obtenir le rôle suggère qu’il sent que quelque chose ne tourne pas tout à fait rond dans cette histoire, ce en quoi il a parfaitement raison. Ce qui est demandé, apparemment, c’est plus une promotion à la couleur qu’au mérite.

 

Glover est un type talentueux, c’est certain. C’est un bon acteur, qui possède en outre une fraîcheur juvénile qui en ferait un Peter Parker tout à fait crédible dans le genre mignon nigaud. Mais la soudaineté de tout ce raffut suggère que les gens rêvent toujours, en théorie, d’un casting indifférent à la couleur. Le CV de Glover n’est pas assez long ou prestigieux pour qu’au seul énoncé de son nom, les gens puissent se dire "oui, c’est lui qu’il nous faut". Au lieu de ça, ils ont vu sa photo, et pensé "Après tout, pourquoi pas Denny Gordon – euh non, Donald Glover, enfin bon, qui vous voudrez". La motivation est louable. Il est regrettable qu’à notre époque, un acteur de couleur ne puisse être choisi pour interpréter un personnage de franchise tel que Spiderman.

 Il existe des super-héros noirs au cinéma, comme Will Smith dans le récent Hancock, ou Samuel L. Jackson dans Iron Man 2. Toutefois le premier personnage est une création originale, et seuls les fans de bande dessinée savent que le second est, à l’origine, blanc. L’injustice semble être de mise, et personne n’aime l’injustice. Ajoutez-y la récente victoire qu’a constitué l’apparition triomphale de Betty White dans "Saturday Night Live" et vous obtenez une nouvelle tradition du net : s’efforcer d’imposer des acteurs parfois improbables dans un rôle que vous leur avez adjugé.

 

Je ne dis pas que Glover ne doit pas jouer Spiderman. Ce que je dis, c’est qu’il ne doit obtenir le rôle qu’à condition de réussir l’audition qui, je l’espère, lui sera proposée — et non en raison de sa couleur, ou parce que Internet l’a exigé. Ceci dit, vous savez qui je verrais bien dans le rôle de Spiderman ? Joshua Alston.

 

Par Joshua Alston

Traduit de l'anglais par David Korn

Lire l'article dans sa version originale sur le site de l'hebdomadaire

NDLR: Et vous qu'en pensez vous? Réagissez à cette article.

 

 

export_articles