Chlordécone : un procès contre le poison semé en Guadeloupe (2 articles+videos)

Chlordécone : un procès contre le poison semé en Guadeloupe

Le 3 septembre prochain, les Verts de Guadeloupe verront leur plainte examinée par le Pôle Santé du Tribunal de Grande Instance de Paris.

En 2006, les Verts de Guadeloupe ont porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui et administration de substances dangereuses. En effet, de nombreuses études ont montré la dangerosité du chlordécone, un pesticide abondamment utilisé dans la culture des bananes.

Interdit à la production depuis 1976 aux Etats-Unis, le chlordécone n’a été supprimé de la liste des pesticides autorisés en France qu’en 1990. Ce pesticide, classé au rang des cancérigènes possibles (B2) et perturbateurs endocriniens, a cependant été utilisé jusqu’en 1993 en Guadeloupe, entraînant d’importantes pollutions des sols et des eaux.

En 2006, les Verts de Guadeloupe ont donc demandé

- Une enquête épidémiologique pour mesurer l’impact de ces contaminations sur la santé des utilisateurs et consommateurs, - Une information judiciaire, plus qu’une simple enquête parlementaire, afin de rechercher les vrais responsables de cet empoisonnement massif.

Depuis, l’instruction n’a guère avancé.

Le 3 septembre prochain, cette plainte sera examinée par le Pôle Santé du Tribunal de Grande Instance de Paris.

CHLORDECONE AUDIENCE COUR D’APPEL PARIS 3/09/09

HARRY DURIMEL

mercredi 2 septembre 2009 par la rédaction de Montray Kreyol

Madame, Monsieur,

Nous croyons opportun d’attirer votre attention sur une nouvelle péripétie de notre lutte pour la JUSTICE et la VERITE suite à la grave contamination de nos sols au chlordécone.

Le 3 septembre à 9 heures nous serons à Paris pour plaider devant la Cour d’appel de Paris suite à un vice de procédure "inventé" de toute pièce par le Ministère public pour tenter de faire échapper les pollueurs et leurs complices aux poursuites que nous avons intentées contre eux par une plainte en date de février 2OO6 qui n’a jamais pu être instruite à cause de manoeuvres diverses de la part de ceux qui sont censés nous protéger contre les délinquants..

Nous vous adressons en pièce jointe un document de synthèse sur ce dossier très volumineux. Nous comptons sur vous pour le communiquer à un maximum de journalistes et d’associations ou personnalités qui pourraient être intéressés ou qui souhaiteraient nous porter leur soutien. Les députés des Verts envisagent d’organiser une conférence de presse à l’assemblée nationale le 2/09 afin de sensibiliser la presse nationale sur ce sujet. NOUS COMPTONS SUR LE SOUTIEN DE TOUS CAR NOUS NOUS BATTONS CONTRE UN SYSTEME QUI S’APPARENTE A LA MAFIA ; Moi Harry DURIMEL, avocat rédacteur de cette plainte, j’ai fait l’objet de poursuite injustifiées de la part du procureur de la République de Pointe-à-Pitre, au prétexte que j’aurais violé, trois années auparavant, le secret de l’instruction dans une affaire où je défendais la femme d’un trafiquant de stupéfiant.

Fort heureusement, grâce à la mobilisation unanime du barreau de la Guadeloupe et le soutien d’avocats de Guyane, Martinique et Paris, nous avons déjoué ce stratagème éhonté. C’est dire combien cette lutte est DURE. Pour ma part je suis DETERMINE à aller jusqu’au bout, convaincu de me battre pour une juste cause. ANSANM NOU KE LITE ANSANM NOU KE GANGNE_ ENSEMBLE NOUS LUTTERONS,ENSEMBLE NOUS GANERONS !

Mon numéro de téléphone en Guadeloupe : 05 90 83 55 41

Et à Paris : 06 32 10 18 39

HARRY DURIMEL

http://harrydurimel.fr

Word - 56.5 ko
Notre plainte

.

Word - 80 ko
Mémoire en appel

.

Zip - 1 Mo
Différents éléments du dossier

export_articles