TF1 condamné lourdement en faveur de Spike Lee (2)

TF1 condamné lourdement en faveur de Spike Lee

TF1 Droits Audi ovisuels vient d’être condamné à payer 32 millions d’euros à Spike Lee. En jeu un contrat de distribution du dernier film du réalisateur que la Une n’a pas honoré selon le jugement du TGI.

La Une ne s’en est pas vantée... Le tribunal de grande instance de Paris a rendu un jugement particulièrement dur à l’encontre du groupe TF1 dans l’affaire qui l’oppose au réalisateur Spike Lee, représenté par la société On my Own. Le TGI a condamné TF1 à une amende record de 32 millions d’euros dont 24 millions à verser immédiatement, c’est l’incendie quai du Point du Jour... A l’heure actuelle, le jugement n’a pas encore été publié par le TGI, mais cela ne saurait tarder.
L’histoire a commencé en octobre 2007. TF1 et Spike Lee s’entendent sur la distribution dans les salles du dernier opus du réalisateur de "Do the right thing" et "Malcom X" pour la France et l’international, en dehors des Etats-Unis. Lors d’une première diffusion de contrôle, le film intitulé "Miracle at Santa Anna" fait bondir sur leurs sièges les responsables de TF1 International, la filiale du groupe. A tel point que l’affaire est portée directement devant le tribunal de commerce fin 2009, comme le note le rapport d’activité de TF1, pour tenter de dénouer les liens contractuels. Pas impressionnés, Spike Lee et la société de production On My Own en ont fait de même devant le tribunal de grande instance pour non respect du contrat signé.

Provisions insuffisantes

Depuis c’est le calme plat... celui d’avant la tempête. Il y a une dizaine de jours, le jugement du TGI tombe et il est lourd. On My Own avait réclamé 7,3 millions d’euros, plus les indemnités. De son côté TF1 avait demandé 3 millions au titre de son préjudice... Mais prudente, la Une avait ensuite provisionné comme cela doit se faire la somme en 2010 également. Le verdict était d’ailleurs prévu pour cette année là avant d’être décalé au premier semestre 2011, comme l’indique le rapport d’activité publié au printemps 2011. La somme record de 32 millions d’euros, dont 24 à payer sans délai, est une bonne affaire pour le réalisateur Spike Lee. Miracle à Santa Anna a été un échec aux USA avec moins de 8 millions de dollars de recettes... Il aurait certainement généré un peu plus s’il avait été distribué par TF1 dans les salles françaises. C’est à se demander quelle mouche a piqué les patrons de la Une dans cette affaire ? Refuser de distribuer un film n’est vraiment pas la meilleure stratégie, il vaut mieux, comme cela se fait souvent, proposer un circuit de salles discret et attendre quelques semaines pour le retirer afin d’éviter les ennuis.

 

 

Stratégie à long terme

Les activités de droits audiovisuels de TF1 regroupent principalement les activités d’exploitation salles, l’exploitation des mandats de vente internationaux et l’exploitation des droits vidéo, à travers 4 sociétés : TF1 DA, TF1 International, UGC distribution et TF1 VIDEO. Cette structure a été rattachée directement au directeur financier de TF1, Philippe Denery dès 2008, d’une part en raison des problèmes judiciaires de son président, Patrick Binet, mais aussi et surtout parce que cet ensemble était en grande difficulté financière. Pour preuve, les droits audiovisuels ont généré de lourdes pertes en 2009 et 2010, respectivement de 22,5 millions et de 5,2 millions d’euros.
Et voilà que le TGI de Paris s’invite à la fête en condamnant TF1 International, devenue entre temps TF1 Droits Audiovisuels. Nonce Paolini, le patron de la filiale du groupe Bouygues, n’avait vraiment pas besoin de cette affaire, alors que sa chaîne lutte pour redresser une audience sans cesse grignotée par ses rivaux. Une situation peu reluisante qui plombe le cours boursier de l’entreprise mais qui est aussi le résultat d’une absence de stratégie à long terme dans un environnement devenu plus complexe depuis l’avénement du Net et surtout la montée en puissance des réseaux sociaux qui détournent l’attention des téléspectateurs.

export_articles