Les NEUF - de Little Rock, Arkansas, premiers Noirs dans un lycée BLANC du Sud

"Les neuf" de Little Rock, Arkansas, premiers Noirs dans un lycée "blanc" du Sud

Le 25 septembre 1957, à Little Rock en Arkansas, neuf élèves noirs entrent par la porte principale du lycée (High School ) de Little Rock, escortés par la 101e unité parachutiste des Etats-Unis d'Amérique...


Little Rock, Arkansas, 25 septembre 1957, les soldats de la 101e esscortent "les neuf" à la High School

Le 25 septembre 1957, à Little Rock en Arkansas, neuf élèves noirs entrent par la porte principale du lycée (High School ) de Little Rock, escortés par la 101e unité parachutiste des Etats-Unis d'Amérique...

En 1954, la Cour suprême des Etats Unis, dans son arrêt "Brown v. Topeka Board of Education", 
établit que la ségrégation dans les écoles est désormais interdite. Mais plusieurs années après cette décision, de nombreux Etats ne l'appliquent toujours pas. La "National Association for the Advancement of Colored People" (NAACP) entreprend une série d'actions visant à l'intégration des Noirs dans les écoles "blanches". Il est devient peu à peu impossible de s'élever contre la décision de la Cour, même pour les états du Sud farouchement opposés à la mixité raciale.

A Little Rock les autorités locales décident d'appliquer la déségrégation selon un plan de six années. 
La première étape doit être l'intégration dans les lycées publics en 1957. Neuf élèves noirs sont inscrits à la Central High School de Little Rock en septembre 1957. Ces èlèves avaient été choisis parmi ceux qui s'étaient portés volontaires. Ce sont Jefferson Thomas, Melba Pattillo, Terrance Roberts, Carlotta Walls, Daisy Bates, Ernest Green, Thelma Mothershed, Minnie Jean Brown, Elizabeth Eckford and Gloria Ray. "Nous étions contents. Nous savions que le lycée Central avait un bien plus grand choix de cours, des programmes d'art dramatique, des débats, des courts de tennis et un beau grand stade" se rappelle l'une d'eux


Le Président Eisenhower - "les neuf" : Jefferson Thomas, Melba Pattillo, Terrance Roberts, Carlotta Walls, Daisy Bates, Ernest Green, assises : Thelma Mothershed, Minnie Jean Brown, Elizabeth Eckford and Gloria Ray


Le gouverneur Orval Faubus - La garde Nationale interdit l'accès à la High School aux élèves noirs

À la veille de la rentrée, le gouverneur de l'Arkansas, Orval Faubus, qui cherche à obtenir les voix des partisans de la ségrégation raciale, déclare à la télévision que l'intégration des Noirs dans les écoles blanches est impossible. "La ville est en dangers.. Des mères, des citoyens indignés sont venus me trouver. Si l'on oblige Little Rock à pratiquer l'intégration, le sang va couler.." Il envoie la Garde nationale interdire l'accès de la High School aux "Neufs", sous prétexte de maintenir la paix.

Elizabeth Eckford qui s'était rendue seule à la High School dut traverser une foule hostile avant de s'arrêter devant les baïonnettes des soldats de la Garde Nationale. 
Et elle se retrouve en butte à la haine de cette foule, elle ne dut sans doute de n'être pas molestée qu'à l'intervention de deux blancs antiségrégationnistes. Durant vingt jours aucun élève noir n'a pu pénétrer dans le lycée, jusqu'à ce que l'arrêt d'un tribunal fédéral oblige le gouverneur à retirer ses troupes.


Elizabeth Eckford seule face à la foule. Hazel Bryan Massery, que l'on voit, à gauche, crier sur Eckford travaillera plus tard avec celle ci pour promouvoir la compréhension inter raciale.

Le lundi 23 septembre c'est la "deuxieme rentrée scolaire", "les neuf " parviennent à intégrer leur salle de classe à l'insu du millier de manifestants guettant leur arrivée à l'entrée du lycée. Quand ces derniers apprennent que les étudiants sont à l'intérieur de l'école, un vent de haine s'empare de la foule. La police s'avère incapable de faire face à cette foule hostile. Les élèves noirs n'ont d'autres ressources que de se cacher sous des couvertures et des vêtements dans deux voitures, pour échapper à la foule. La colère des manifestants se retourne alors contre les journalistes noirs venus couvrir l'événement. Le Ku KLux Klan télégraphie au gouverneur : "Tenez bon, les 8000 membres du Klan sont avec vous !"


La police s'avérera incapable de disperser la foule


Le journaliste Alex Wilson agressé par la foule


Manifestation d'étudiants contre l'intégration - Simulacre de lynchage

"A Little Rock, une populace éffrénée s'est délibérément opposée, sous la conduite de démagogues extrémistes à 'éxécution des ordres d'une Cour fédérale" avertit Einsenhower.Le mardi 24 septembre, un détachement dede la 101e Division aéroportée de Fort Campbell (Kentucky), les "Screaming Eagles" entre à Little Rock qui est placée sous la loi martiale. 

Le 25 septembre 1957, les soldats de la divisionsont en place au Central High School 
et les élèves sont escortés à l'intérieur du bâtiment de Little Rock afin de commencer l'année scolaire avec les 2000 élèves blancs de l'école.

Les soldats repartir deux mois plus tard, et le harcèlement des neuf élèves noirs par les autres élèves qui voulaient les pousser à quitter l'école repris, 
mais "les neuf" montrèrent leur détermination "Nous avons fini par comprendre qu'il nous était impossible de partir. Quelle vie m'attend si je recule ?" Huit finirent l'année scolaire au lycéee. Minnijean Brown fut expulsée du lycée après avoir répondu aux provocations d'élèves ségrégationnistes. une fois en vidant son plateau de déjeuner sur la tête d'un élève blanc qui la harcelait, et une autre fois en répliquant à des 'insultes. En 1959 un sondage auprès d'étudaints de l'Arkansas donna une majorité 71% favorable à l'abolition de la ségrégation. Selon l'historien Taylor Branch, Eisenhower était, au fond, ségrégationniste, mais il avait juré de faire respecter la loi. En outre Little Rock "montra qu'au final, les politiciens au niveau des États fédérés ne pouvaient braver les décisions des tribunaux fédéraux. Si le président n'avait pas envoyé de soldats, chaque gouverneur aurait donné à la Constitution la signification qui lui aurait convenu le mieux".

 


"Les neufs" arrivent à la High School dans une voiture de l'armée


Il y a 50 ans : le racisme de Little Rock

Jean-Philippe Gauvin 

Il y a un demi-siècle, le mouvement noir américain prenait son élan sous la présidence de Dwight Eisenhower. En 1954, la Cour suprême déclarait, dans son arrêt « Brown v. Topeka Board of Education », que la ségrégation dans les écoles était désormais interdite (1). L'année suivante, Rosa Parks refusait de céder son banc d'autobus à un Blanc, ce qui mena à un boycott des autobus de Montgomery. Un autre événement majeur eut lieu en septembre 1957, cette fois à Little Rock en Arkansas, alors que neuf Afro-Américains devenaient étudiants dans une école « de Blancs ». 

Une société qui change 

L'arrêt « Brown v. Topeka Board of Education » eut un impact important sur la communauté noire des États-Unis. En rendant illégale la ségrégation dans les écoles, la Cour suprême ouvrait la porte au mouvement revendicateur. C'est ainsi que la « National Association for the Advancement of Colored People » (NAACP) entreprit une série d'actions visant à l'intégration des Noirs dans les écoles blanches (2). 

En janvier 1956, 27 étudiants noirs de Little Rock furent refusés par le Bureau de l'Éducation de la ville lorsqu'ils tentèrent de s'inscrire dans des écoles blanches (3). Le mois suivant, la NAACP accusa le Bureau de refuser injustement 33 étudiants noirs (4). Au cours de la même année, la loi contre la ségrégation dans les autobus entra en vigueur. À l'été 1957, neuf étudiants étaient choisis pour former la première cohorte d'intégration des Noirs au Central High School de Little Rock (5). 

À la veille du début des cours, le gouverneur de l'Arkansas, Orval Faubus, déclara à la télévision que l'intégration des Noirs dans les écoles blanches était impossible. Il demanda à la Garde nationale de leur en empêcher l'accès, prétendant vouloir maintenir l'ordre (6). Le 4 septembre 1957, les neuf étudiants se butèrent à une foule en délire et durent rebrousser chemin, aidés par Daisy Bates. Cette activiste des droits civiques et directrice du NAACP de Little Rock avait conseillé les étudiants et les avait accompagnés lors de la rentrée scolaire (7). 

Eisenhower demande l'aide à l'armée 

Le président Dwight Eisenhower rencontra alors le gouverneur démocrate de l'Arkansas qui lui demanda de retarder l'intégration des Noirs.Eisenhower lui rétorqua de suivre le jugement de la Cour suprême et donc de permettre la déségrégation des écoles (8). Après un arrêt du juge Ronald Davies, Faubus dut retirer ses troupes le 20 septembre (9). Quatre jours plus tard, à la demande du maire de la ville, le président Eisenhowerfit venir la 101e division aéroportée en support aux neuf étudiants. L'utilisation de l'armée fédérale pour forcer l'intégration des jeunes Noirs fut pour Eisenhower une des décisions les plus difficiles à prendre au cours de sa présidence (10), car aucune troupe depuis 80 ans n'avait été envoyée dans un État de l'ex-Confédération (11). Le 25 septembre 1957, les 1000 soldats de la division étaient en place au Central High School et les étudiants furent escortés à l'intérieur du bâtiment de Little Rock afin de commencer l'année scolaire avec les 2000 étudiants blancs de l'école (12). 

Pas qu'un simple souvenir 

Ces événements ont profondément marqué la société américaine. Cinquante ans plus tard, on se souvient encore des neuf étudiants qui, envers et contre tous, sont entrés dans une école blanche, pavant la voie à une éventuelle déségrégation scolaire. Le 25 septembre 2007, l'ex-président Bill Clinton et d'autres dignitaires ont assisté à un gala à Little Rock en commémoration des événements survenus un demi-siècle plus tôt (13). Un documentaire sur le sujet a également été réalisé par des anciens étudiants blancs de l'école dans le but de démontrer que, malgré le temps, il est encore difficile d'être un étudiant noir à Central High (14). 




Références: 

(1) Felicia R. LEE, « Return to a Showdown at Little Rock », The New York Times, 25 septembre 2007. 

(2) Craig RAINS, « History of Little Rock Public Schools Desegregation », [En ligne], http://www.centralhigh57.org/1957-58.htm. 

(3) Loc. cit. 

(4) Loc. cit. 

(5) Amanda GAGLIANO, « The Little Rock Nine : Integrating at Central High », [En ligne], http://littlerock.about.com/cs/centralhigh/a/Integ... 

(6) Loc. cit. 

(7) Gail COLLINS, « The Women Behind the Men », The New York Times, 22 septembre 2007. 

(8) Anonyme, « Retreat from Newport », Time, 23 septembre 1957. 

(9) Craig RAINS, op. cit. 

(10) Dwight EISENHOWER, dans une lettre envoyé au représentant Oren Harris, le 30 septembre 1957. Disponible en ligne sur http://www.eisenhower.utexas.edu/dl/LittleRock/Ltr... 

(11) AP, « Former U-s president Bill Clinton and other dignitaries at a gala for nine black students who integrated Little Rock Central High School », The Canadian Press, 25 septembre 2007. 

(12) Loc. cit. 

(13) Loc. cit. 

(14) Felicia R. LEE, op. cit. 

 

 

export_articles