CALI P "Un Guadeloupéen chez les Yardies".

CALI P "Un Guadeloupéen chez les Yardies".

Nous sommes le 6 aout 2011, il est 8H30 à ST MARY à la JAMAÏQUE et l'artiste Guadeloupéen CALI P vient de réaliser son rêve.

Retour sur un parcours étonnant.

Fils du musicien "MAWSO" membre historique du groupe AKIYO, comme nombre de ses pairs CALI P a été élevé dans un univers musical particulier. Gwo ka, reggae et hip-hop sont les rythmes qui bercent son enfance, et sur lesquels il s'exerce.

Sa passion pour le reggae le pousse naturellement à devenir MC (maitre de cérémonie) dans les sounds systems. Le jeune MC progresse rapidement au point d’aspirer à davantage que l’animation.Il s’empare désormais du micro pour chanter et diffuser ses messages à un auditoire de plus en plus grand. L’artiste CALI P vient de naître au grand jour.

Partout où il passe, ses lyrics enflammés font monter la température. D'abord en Suisse, pays où il est né et a vécu une grande partie de sa vie. Son périple continue en l'Europe et à Paris, c’est l’explosion.La ville qui est considérée comme l'une des capitales européennes du
reggae ne s'en est toujours pas remis des passages de celui que l'on surnomme dorénavant " LYRICAL FIRE". Respecté par tous ses pairs (Daddy Morry,Janik,Jah Mike and more) CALI P est désormais une valeur sure quand on parle de reggae en France.

Mais l'homme est ambitieux. Armé de sa foi en Rastafari, il veut apporter sa pierre à l’édifice du reggae.

Avant de partir vivre une aventure extraordinaire à la JAMAÏQUE, l'homme décide de revenir en Guadeloupe (à Lauricisque) comme il le fait chaque année (depuis son enfance) pour se ressourcer en famille mais aussi pour "débouler" avec le groupe et mouvement culturel de son père, le bien nommé AKIYO. Quand Akiyo déboule et que CALI P est présent, c'est lui qui porte l'étendard du groupe comme un symbole comme une mission...

MISSION. Ce mot convient bien pour définir sa décision de quitter la Suisse. Vivre (de) sa passion dans le pays où le cœur des gens est rythmé par l'amour du reggae est une idée qui peut paraitre folle quand on connait le niveau des artistes jamaïcains.Beaucoup y avait pensé avant mais aucun n'avait tenté de relever le défi avant CALI P. Certains grands nom du reggae français sont venus enregistrer à Kingston mais n'ont jamais espéré réussir à la Jamaïque, certains ont copiés et recopiés le style des jamaïcains pour exister en France et dans les DOM mais n'ont jamais osé se "frotter" à leurs grands frères jamaïcains.

CALI P, fort de son talent.

Après être venu à la JAMAÏQUE, au mois de septembre 2010 pour la première fois, il y reste quatre mois et décide de s'y installer. Avec ses amis musiciens jamaïcains, il achète une maison à Kingston et y installe son studio, "INSPIRED STUDIO".

Désormais c'est dans ce studio que sortiront les hits tels que "LIKE A LION" ou "DAT A WHA MI PREFER".

HITS, car c'est bien de hits dont il s'agit. CALI P a réussi un exploit chez les YARDIES. Son premier titre diffusé sur les radios locales à fait un carton dans les charts. Le titre "Like a lion" est resté pendant des mois parmi les titres les plus diffusés, en particulier par la radio IRIE FM* écouté par plus de 80% de la population jamaïcaine. Les autres titres ont aussi connus la voix du succès, tel sa dernière composition sortie il y a deux semaines et déja multidiffusée.

CALI P est désormais installé dans la paysage musical et audiovisuel jamaïcain. Reconnu par ses pairs jamaïcains comme un "excellent" artiste dixit CAPLETON et BUNNY "foundation" WAILER, véritables piliers de la musique jamaïcaine. Il est aussi reconnu par les médias observateurs avertis de la scène reggae en Jamaïcaine. Pourtant, selon l'animatrice vedette de la radio ROOTS FM, miss ISIS TAFER II ", CALI P a quelque chose de différent, ses lyrics font du bien à l'auditeur, il apporte une nouvelle touche dans le reggae à la Jamaïque mais aussi dans le Monde".

Dernier challenge : Que le potentiel se révèle sur scène.

A la JAMAÏQUE encore plus qu'ailleurs, c'est ce que l’on donne sur scène qui fait la différence. Un mauvais chanteur de studio, peut être un très bon "performer" sur scène. En revanche le contraire est rarement faisable à l'exception de Sean PAUL qui est l'un des rares artistes jamaïcains à ne pas "jump"(sauter) sur scène et à avoir du succès.

CALI P a su allier les deux : il est un bon artiste en studio et un excellent artiste sur scène.

Le Samedi 6 aout 2011 à 1H40 AM, le public du concert évènement "ST MARY MI COME FROM" a pu le vérifier. Ce concert de charité célébrait sa dixième édition. Organisé par CAPLETON, cet évènement sert à fournir du matériel scolaire et médical aux plus démunis, même la police y trouve son compte car du matériel informatique pour l'école de police est acheté avec une partie de la recette du concert. Cette année 82 artistes* étaient à l'affiche dont CALI P.

Inutile de vous dire que sa prestation était très attendu par le public présent qui n'avait cesse d'entendre ses titres à la radio, avaient vu ses clips à la télévision mais ne l'avait jamais vu en "live". Le public en eu pour son compte. L’artiste guadeloupéen entra sur scène introduit
par miss ISIS TAFER II maîtresse de cérémonie du show qui fit référence à son pays d’origine, la Guadeloupe.

Après un round d'observation, le public commença à secouer la tête puis très vite entra en connection avec l’artiste. Impressionné par le flow et l'énergie dégagé sur scène, certains dans le public n'en croyaient pas leurs yeux. "C'est qui ce gars?", entendait-on partout dans
l’assistance. La réponse ne se fit pas attendre.La maitresse de cérémonie, extasié par la performance de CALI P répéta deux fois qu'il venait de la GUADELOUPE et que dorénavant faudrait compter avec lui dans le paysage musical local.

Juste après sa performance, la première pensée de CALI P fut pour la GUADELOUPE, il s'adressa face caméra en disant en créole* "é GWADLOUP ou vwè sa, sa té cho! Alè nou pé di kè kawyè a CALI P JAMAÏK ka komansé alè".

Cerise sur le gateau, BUNNY WAILER est venu personnellement le féliciter après sa prestation qu'il a trouvé "superbe".

Nous, nous disons qu'il faut continuer à suivre l'évolution de ce jeune homme car personne ne connait ses limites même pas lui. Il prépare un nouvel album pour le marché européen, perfectionne son créole qu'il parle avec son accent suisse avant de nous délivrer quelques
titres en créole "voir un album bientôt".

A propos du créole. Il est conscient qu'il ne sera reconnu entièrement à la GUADELOUPE par l'auditoire que s'il chante en créole au moins de temps en temps. Mais le public guadeloupéen doit être aussi conscient qu'il a la chance d'avoir un artiste reggae INTERNATIONAL pouvant représenter notre pays partout dans le monde sans aucune barrière de langue.

CALI P est un exemple à suivre pour beaucoup de musiciens qui veulent vivrent de leurs passions mais aussi pour tous les hommes et les femmes de ce monde qui n'ose pas vivre leur PASSION à fond. JUST DO IT!

Brother Jimmy.

NDLR: *IRIE FM est l'une des radios la plus écoutée à l'étranger grâce au net, il faut même s'abonner. Succès oblige...

NDLR:*82 artistes parmi lesquels CAPLETON, SIZZLA, BEENIE MAN,BOUNTY KILLER, I-OCTANE,BARRINGTON LEVY et bien d'autres encore.

NDLR:Traduction du créole: *"Et GUADELOUPE t'as vu ça? C'était chaud, maintenant je suis satisfait, on peut dire que la carrière de CALI P en JAMAÏQUE commence maintenant".

 

export2

Fil d'actualité introuvable

export_articles