14 Clichés sur l’Haïtien en Guadeloupe battus en brèche.

14 Clichés sur l’Haïtien en Guadeloupe battus en brèche.

1) M’ont-ils dit : les Haïtiens prennent du travail !

Alors soucieux, j’ai observé quels boulots que les Haïtiens faisaient en général. Peu surpris, j’ai constaté qu’ils travaillent majoritairement la terre, chose que les Guadeloupéens délaissent.

2) M’ont-ils dit : les Haïtiens ne contribuent pas à l’économie car ils envoient leur gain en Haïti !

Tout d’abord, redéfinir qu’est- ce que l économie. Ce n est pas le fait d’acheter une BMW ou une télé à connexion qui est l’économie de la Guadeloupe. D’ailleurs, Jarry n’est pas le poumon économique de la Guadeloupe. Enfin, c’est le poumon économique des békés, des métros, oui peut être. La faible économie de la Guadeloupe réside dans le tourisme et l’agriculture. Or, les Haïtiens sont quasiment les seuls à faire survivre la canne, car les Guadeloupéens refusent cette besogne et je ne pense pas que les Haïtiens freinent le tourisme. De plus vous devez savoir que le peu d’exportations agricoles qui se fait en Guadeloupe est pas mal destiné au marché haïtien et non à Paris qui préfère manger les bananes de la Côte d’ivoire plutôt que celles de ses DOM. De plus, le maigre salaire que ces gens gagnent même réunis ne rejoint pas le salaire de 3 directeurs d hôtel ou autres (qui, par le fruit du hasard, semblent être à 99% des non antillais) qui ne consomment aucun produit local, achètent le hummer aux states, etc.…

3) M’ont-ils dit : Les Haïtiens viennent pour profiter du système français !

Et ben, pourquoi pas ? Vous profitez bien de ce système non ?
Çarappelle une image : un maître nourri son chien bien gras tous les jours, et bien sûr, celui-ci, quoique gavé, ne tolère pas qu’un autre chien vienne lui piquer ses restes. De même, nous nous comportons comme des chiens et nous traitons les Haïtiens comme des chiens depuis toujours. Est-ce que, depuis leur arrivée, vos allocations sont moins importantes qu’avant ? Non !! Ce système est à changer, avant tout , à cause des Guadeloupéens qui en profitent et qui ne se rendent pas compte que cela fait plus de mal que de bien au sein du pays. La rue détient des informations que même le Président de la République ne connaît pas.
Comme, à ce qu’il paraît, le déficit de la Sécu serait dû aux Haïtiens, vos impôts augmentent à cause d’eux ou encore, les Guadeloupéennes ne peuvent plus accoucher faute de place.
Bon ! D’un, officiellement, la Sécu a démenti ces conclusions et de deux, le jour où une Guadeloupéenne accouchera dans la rue, appelez-moi !
Et pour finir, si la loi française leur accorde tout cela, je ne vois pas le mal puisque nous sommes français soit -disant. Qu’on supprime ce système d’assistanat intensif !
Si les Haïtiens s’en vont, c’est que vous aviez raison, et au moins, ça poussera les Guadeloupéens à travailler un peu plus.

4) M’ont-ils dit : les Haïtiens viennent imposer leur culture !

De un, après les Martiniquais et Guyanais, ce sont les Haïtiens les plus proches de nous culturellement (et oui ce ne sont pas les Alsaciens!) Donc parler, manger ou vivre avec un Haïtien ne vous choquera guère.
De deux, la culture haïtienne ne se résume pas au Vaudou. Pour continuer avec ce thème, le Vaudou haïtien est un mélange de Vaudou béninois et de catholicisme, ce qui n’est pas sans rappeler nos mœurs, c’est-à-dire : je vais à l’église le dimanche, mais je fais ma sorcellerie venue d’Afrique la semaine (an ka lévé piyé an mwen !) La différence est que, eux, ils l’ont officialisé au lieu de le faire en « skrèd ».
J’ai toujours vécu en Guadeloupe et je n’ai jamais vu une cérémonie Vaudou. Aucun Haïtien ne m’a encore prêché le Vaudou et pourtant, j en ai côtoyé pas mal. Sé si moun la vlé ay fè vodou kè i ka vwè sa. Quant au « konpa » cela fait 40 ans que tout le monde écoute ça ici.

5) M’ont-ils dit : les Haïtiens manquent d’hygiène et vivent à 10 dans une maison !

Ça se rencontre, c’est vrai mais chez les Haïtiens pauvres comme d’ailleurs chez les Guadeloupéens pauvres ou encore chez les Américains pauvres. En gros, c’est plus dû au fait qu’ils soient pauvres qu’au fait qu’ils soient haïtiens. Le médecin haïtien du CHU de Pointe- à- Pitre sent bon et vit avec sa femme et ses enfants uniquement et vous l’adorez. Donc le combat à mener est contre la pauvreté, pas contre l’Haïtien à ce niveau.

6) M’ont-ils dit : ils ne veulent pas se mélanger pourtant on les a bien accueillis !

Alors là, je souris. Qui a- t on bien accueilli ? Cela fait près de 50 ans que les premiers haïtiens sont arrivés. On les a exploités, d’ailleurs dans notre langage courant pour refuser de rendre service à quelqu’un, on lui dit : « an pa hayisyen aw misié la » On les a sous-payés car ils ne connaissaient pas leurs droits en terre française, alors là, on les aimait, chacun avait son Haïtien. L’image qu’a la société Guadeloupéenne de l’Haïtien depuis toujours est :
Qu’il est pauvre, sale, malheureux, amusant, mal habillé, noir donc laid, débrouillard tout de même, gentil frôlant la « tèbètude », analphabète (cela rappelle la description d’un esclave, non ?). En gros, on a traité les Haïtiens comme le blanc nous a traités. Il faut éviter de se marier avec un Haïtien ou Haïtienne, on peut avoir un ami haïtien comme ça, mais on ne dort pas chez eux facilement. On a tout simplement profité de leur vulnérabilité par rapport à leur situation. C’est vrai que la plupart des Haïtiens qui sont venu en Guadeloupe étant modestes, cela peut fausser l’image globale de Haïti pour des gens illettrés comme la plupart des Guadeloupéens. Je ne vois pas comment vous voulez qu’ils aillent vers vous aisément ! Néanmoins, quasiment tous parlent parfaitement votre créole. De plus, vous ne pouvez pas forcer des immigrés à abandonner leur culture, même nous, quand nous partons en France ( votre mère patrie chérie où l’on est censé être comme chez nous), nous tenons à garder notre identité, donc comprenez un peu.

7) M’ont-ils dit : les Haïtiens sont devenus arrogants !
Ben, je pense plus qu’ils ont constaté que ce pays est géré par la France de A à Z, que la loi française leur donne des droits, donc ils ne doivent rien aux Guadeloupéens. On les a « couyonnés », insultés, et vous voulez toujours qu’ils mangent dans la main du valet, quand ils ont enfin rencontré le maître. Avant, vous les trouviez dociles, apprivoisables. Maintenant, ils réclament les mêmes droits que vous, enfants de la patrie française jusqu’à la mort. Ben, leur soi- disant comportement, nous les avons aidés à le fabriquer !

8)M’ont-ils dit : la Guadeloupe est une île, il n’y a pas de place !

C’est l’un des rares arguments qui peuvent être valables. Mais dans un premier temps, rappelons quelques chiffres : il y a environ 420 000 habitants en Guadeloupe sur 1700 km2. Les derniers chiffres montrent 3% d’étrangers en Guadeloupe. Donc, un : il y a moins de 3% d’Haïtiens ici. Pour vérifier, une des solutions : aller dans les écoles voir le nombre d’enfants d’origine haïtienne scolarisés par classe et revenez me voir. De plus, si comme vous le dite, ils vivent à 10 dans une maison, c’est qu’ils ne prennent pas beaucoup d’espace pour leur confort personnel. Les jardins qu’ils louent, ce sont des légumes et fruits vendus en Guadeloupe, ces produits ne sont pas envoyés en Haïti. Un jour ce problème d’espace arrivera c’est vrai, et même sans eux, la solution est-elle de changer la politique de l’aménagement du territoire ou de foutre des gens à la mer. De plus, tous les pays seront confrontés tôt ou tard à cela, même la France qui, quoique n’étant pas une île, soit limitée par ses frontières et ses terres agricoles.

9) M’ont-ils dit : les Haïtiens sont venus voler le pays aux Guadeloupéens délibérément !

Bon, en temps normal, je n’aurais pas répondu à cette question tant elle est stupide. Mais, tellement de « bamboklat » le pensent que je m’y dois. Vous pensez sincèrement que des gens risquent leur vie en embarquant clandestinement sur des petits bateaux surpeuplés, juste pour venir vous embêter. Deuxièmement, bien que dans l’empire français ce soit la Guadeloupe et la Guyane les destinations préférées des Haïtiens pour des questions de proximité et de rapprochement culturel, sur un plan mondial nous ne sommes pas les premiers hôtes du tout. Ces gens là, comme vous dites, ne pensent pas politique et conquête ou ce genre de choses, ils veulent juste une meilleure condition de vie. On ne choisit pas forcément l’état de son pays et la Guadeloupe en est l’exemple vivant.

10) M’ont-ils dit : les Haïtiennes volent leurs maris !

Bon, ça c’est comique aussi. Si vos hommes ne pensent pas par eux-mêmes, tant pis! Aussi, les Haïtiennes ne sont pas des martiennes et « étrangement » peuvent passer pour des Guadeloupéennes physiquement.

11) M’ont-ils dit : quant aux Dominicains (Dominique), ils sont criminels !

Effectivement, si je lis France- Antilles, je suis persuadé que les Dominicains sont les principaux criminels. Jusqu’au jour où une étude est faite et conclut que moins de 5% de la population carcérale est d’origine étrangère. Mais sur ce point, on peut dire merci aux médias qui précisent et écrivent en première page : « Un jeune Dominicains a… ». Le combat à mener est contre l’insécurité en général, vous pensez vraiment que le Dominicain est gentil chez lui et qu’il se dit : «Et si j’allais en Guadeloupe pour voler et tuer?».
En vérité je vous le dis, le Dominicain délinquant en Guadeloupe l’est déjà en Dominique, et s’il le devenait, comme vous le dites, c’est que nous faisons tout pour qu’il reste dans le ghetto et ne se sente pas intégré.

12) M’ont-ils dit : les Dominicaines (Santo Domingo), elles sont toutes des putains !

En tout cas, pour les faire partir les gars, n’allez pas aux putes ! Comme ça, elles n’auront plus de boulot. Il faudrait mieux combattre la prostitution que les prostituées, non ?

13) M’ont-ils dit : les Chinois envahissent !

Personnellement, j ai vu quelques Chinois ayant des commerces, mais de là à venir me dire qu’ils envahissent ! Deuxièmement, si vous voulez qu’ils s’en aillent, boycottez- les ! Mais votre instinct de consommateurs vous en empêche.

14) M’ont-ils dit : trop de clandestins, c’est contre la loi !

Oui, c’est vrai. Mais contrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas une loi faite pour vous protéger, mais pour protéger les clandestins, car ils sont souvent exploités par les passeurs puis par les employeurs au noir et vivent la plupart du temps dans une misère indescriptible.

Extraits d’un texte écrit par KANCEL Youri “Le faux problème de l’immigration en Guadeloupe”

export2

Fil d'actualité introuvable

export_articles