Décision concernant la Côte d'Ivoire, Lettre à la CEDEAO (traduction de la lettre en anglais à la CEDEAO)

Décision concernant la Côte d'Ivoire, Lettre à la CEDEAO (traduction de la lettre en anglais à la CEDEAO)

Vous avez été nombreux à demander la traduction en Français de la lettre adressée à la CEDEAO (ECOWAS en anglais)
Ci-après la traduction. Vous savez maintenant la "décision" et les menaces de force proférées par cet organisme économique. On aura tout compris.
En fin de de traduction, vous trouverez le texte original en anglais. 

Je rajoute l'information suivante transmise par un internaute et concernant un appel d'offres de l'ONUCI publié dans "Fraternité Matin" du 21 septembre 2010  à l'attention des sociétés spécialisées dans la provision de prestation des services mortuaires.
Cette annonce, en pièce jointe, est encore consultable sur le site de l'ONUCI aux liens suivants:  http://www.onuci.org/spip.php?article4745 et  http://www.onuci.org/IMG/pdf/doc-11.pdf

 

Paris, Vendredi 24 décembre 2010

Lettre à la CEDEAO
Urgent: Décision concernant la Côte d'Ivoire



Mesdames et Messieurs,

Concernant la situation en Côte d'Ivoire, la décision que vous allez prendre aura un impact énorme et significatif non seulement sur le futur des États de l'Ouest de l'Afrique mais sur l'ensemble du Continent Africain. Vous endosserez encore plus la responsabilité si la décision que vous prenez aboutit à plus de bain de sang entre Africains.

Le véritable enjeu, ce n'est pas tant le soutien ou le rejet de Laurent Gbagbo ou de Alassane Ouattara.
Parce que nous savons tous par expérience que quel que soit celui que nous supporterons, Gbagbo ou Ouattara, s'il lui arrivait de servir les intérêts de son propre peuple et que ces intérêts là ne servaient pas les intérêts des [anciennes] puissances coloniales, alors il sera vilipendé et présenté comme un ennemi de la démocratie.
Nous devons gardé à l'esprit l'exemple du Tchad où l'[ancienne] puissance coloniale a maintes fois soutenu ou rejeté alternativement un camp ou l'autre 

Nous devons concentrer nos efforts pour nous débarrasser de ces pompiers-pyromanes qui mettent le feu à l'Afrique au travers de guerres tribales ou ethniques qu'ils attisent; ils viennent ensuite proposer leurs aides et pendant ce temps ils contrôlent nos ressources.
Car si nous ne nous débarrassons pas de ce système-pompier-pyromane, nous ne parviendrons pas à éteindre ce feu qui n'a que trop duré et qui tue notre peuple mais maintient intactes nos ressources pour le bénéfice des colons.

Nous devons impérativement conjuguer nos efforts pour rassembler notre peuple et nos populations et pour construire pour de bon l'Unité Africaine dans le sens des intérêts des Africains.
La France et l'Allemagne, la France et l'Angleterre, l'Angleterre et les États-Unis, après des siècles de guerres sauvages ont [semble-t-il] décidé de mettre de côté leurs différences pour construire une Europe Unie qui sera même étendue à l'Europe de l'Est.

Une organisation d'États Africains ne peut pas et ne doit pas obéir aux [anciennes] puissances coloniales dont les intérêts reposent sur nos ressources et entravent nos chances de ré-unification

Apprenons à asseoir nos leaders à la même table, peu importe leurs différences; cela aura un impact positif et significatif sur nos enfants; ils auront plus confiance en eux-mêmes et à l'avenir et par voie de conséquence nos leaders de demain aussi.
Aidons nos leaders à révoquer tous les accords secrets que les [anciennes] puissances coloniales ont imposé à nos États indépendants.

Redonnons la vie à l'Afrique et aux Africains!

Gilbert Léonard


-------------------------------------------------------------------------------

Paris, Friday December 24, 2010

Letter to ECOWAS 
Urgent: decision regarding Ivory Coast


Dear Sirs,

Regarding the situation in Côte d'Ivoire the decision you are about to take will have a huge and significant impact on the future not only of the West African States but of the whole African Continent. You will be held more accountable if the decision you take leads to more bloodshed between Africans.

What is at stake is not to support or rebuke Laurent Gbagbo or Alassane Ouattara.
Because we all know by experience that whoever we choose to back, Gbagbo or Ouattara, if he happens to serve the interests of his own people and that these very interests do not serve the interests of the [former] colonial powers, then he will be vilified and turned into an enemy of democracy. 
We must all bear in mind the example of Chad where the [former] colonial power has repeatedly back or rebuke one side or the other.

We must concentrate on getting rid of those firefighter arsonists who set Africa ablaze through mastered tribal or ethnic wars and then offer to help when in fact they control our resources. 
Because if we do not get rid of this firefighter-arsonist-system, we will not be able to extinguish this long lasting fire that kills our people but keeps intact our resources for the benefits of the settlers.

We MUST put all our efforts to bring our people together and really build the African Unity for the interests of the African people.
France and Germany, France and England, England and the US, after centuries of wars they [apparently] decided to put aside their differences and build a United Europe that they even try to enlarge to East Europe.

An Organization of African States CANNOT and MUST NOT obey to the [former] colonial powers whose interests lay in our resources and jeopardize our chances to re-unite.
Let us learn to bring our leaders to the same table no matter their differences; this will have a positive and significant impact on our children self-confidence and as a consequence on our leaders of tomorrow.
Let us help our leaders to revoke all the secrets agreements imposed upon our independent states by the [former] colonial powers.

Let us give life back to Africa and to the Africans!

Gilbert Léonard

export_articles