Le massacre de M.O.V.E

Ramona Africa est une héroïne méconnue. Elle est l'un des deux survivants du massacre de MOVE à Philadelphie aux États-Unis, en 1985. L'autre survivant est un enfant que Ramona a sauvé mais que le massacre a rendu orphelin. Ramona était la chargé de communication de MOVE, une organisation révolutionnaire fondée dans les années 70 pour s'opposer aux injustices contre les noirs, comme des peines d'emprisonnement trop lourdes ou des inculpations sans preuves. Cet organisme rejetait également la surconsommation et le matérialisme, par conséquent les membres vivaient en communauté avec des principes de retour à la simplicité et au naturel. Ils portaient des locks très épaisses et s'étaient établis dans un immeuble du quartier noir de Philadelphie.

La popularité grandissante de leur combat pour obtenir équité et respect leur a valu de nombreuses persécutions de l'état américain comme par exemple être accusé à tort du décès d'un policier. Grâce à différents prétextes, 9 membres de MOVE, 5 hommes et 4 femmes, furent emprisonnés à vie. Certains sont décédés mais la plupart sont toujours enfermés et depuis 39 ans ils réclament un nouveau procès. L'escalade des persécutions mena au massacre des membres de MOVE, l'équivalent d'un nettoyage ethnique.

En fait, l'ordre fut donné par le gouvernement américain d'attaquer la communauté MOVE dans leur immeuble. Les policiers encerclèrent l'édifice et lorsque les membres commencèrent à sortir, ils les mitraillèrent sans distinction d'hommes, de femmes ou d'enfants. Voyant cela, les membres rescapés des balles se réfugièrent à l'intérieur de l'immeuble. Les policiers invoquèrent alors un refus d'obtempérer et appelèrent un hélicoptère qui lâcha une bombe sur l'immeuble.

L'ordre de laisser brûler fut donné afin de décimer toute la communauté. Le maire de la ville interdit aux pompiers d'intervenir pour éteindre l'incendie. Il prononça une phrase devenue célèbre : "Let it burn = laissez-les brûler!".

Résultat : l'immeuble fût réduit en cendres et 62 maisons du quartier furent atteint par les flammes et ravagées. De nombreux habitants furent gravement brûlés.

Ramona fût brûlée sur 70% de son corps, mais elle réussit malgré tout à s'extirper des décombres et elle sauva Birdie, 13 ans. Après un séjour en soins intensifs, Ramona fut incarcérée en prison pendant 7 ans sans motif légitime. Aujourd'hui, cinquantenaire et libérée, elle se bat pour obtenir la libération des membres de MOVE emprisonnés avant le massacre. Elle fait le tour des médias américains pour sensibiliser l'opinion publique sur le sort des 9 membres condamnés à tort depuis 39 ans. Malgré tant d'épreuves traumatisantes, Ramona n'a jamais renoncé à sa quête de justice. Elle répond parfaitement à la définition des mots "détermination" et "héroïsme" !

Les persécutions policières envers les noirs n'ont pas commencé en 2015. Elles n'ont jamais été interrompues depuis la ségrégation raciale. Pour autant la communauté noire ne s'est jamais résignée à être traitée injustement et elle ne se résignera jamais ! Il y a aura toujours des Ramona pour faire connaître la vérité et réclamer nos droits d'êtres humains peu importe les sacrifices.

Safia EnjoyLife

export2

Fil d'actualité introuvable

export_articles

Au bout du monde
et juste en bas de chez nous

B.World Connection, la culture noire dans le monde entier.